Une femme de 89 ans a tricoté plus de 450 pulls et couvertures pour les chiens des refuges afin de les garder au chaud pendant l’hiver

Dans les refuges pour animaux, des milliers de chiens et de chats sont hébergés.

Alors que certains « invités » à quatre pattes parviennent assez rapidement à trouver une famille aimante, d’autres doivent attendre très longtemps.
Même si les membres du personnel du refuge font généralement de leur mieux pour réconforter leurs compagnons temporaires, les circonstances ne sont parfois pas idéales.

De manière inattendue, l’un des refuges pour chiens anglais a contacté des personnes au bon cœur et leur a demandé de l’aide.
Les employés de l’établissement ont publié l’avis suivant sur leur page Facebook :

« Nous exhortons toutes les personnes de bon cœur qui maîtrisent le fil et les aiguilles à tricoter à faire don de pulls pour les chiens qui ont froid et qui sont particulièrement seuls pendant la période de Noël. »

La femme s’est mise au travail avec enthousiasme et les chiens du refuge ont rapidement pu profiter des fruits de son travail.

J’adore le tricot et les chiens, c’est donc le mariage idéal de mes deux amours.

Annonça la femme heureuse.

Macy a commencé à aider régulièrement l’orphelinat.


Elle a donné aux chiens plus de 450 couvertures et de nombreux pulls sur une période de trois ans. La femme a parlé de son travail comme suit :

« J’ai tricoté une couverture en trois jours et un pull pour chien en une journée. J’aime tricoter parce que ça m’occupe quand je regarde la télévision. Je suis heureux d’aider les résidents à quatre pattes du refuge.

Merci de partager cette publication avec votre famille et vos amis!
Les Mini Plaisirs
Laisser un commentaire

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!:

Une femme de 89 ans a tricoté plus de 450 pulls et couvertures pour les chiens des refuges afin de les garder au chaud pendant l’hiver
Mon mari ne pouvait pas attendre la naissance de notre fils, mais quand nous l’avons vu pour la première fois, j’étais inquiète